Vous êtes ici : Accueil > Kaki > Fiche technique

Fiche technique

Caractères végétatifs

Diospyros kaki L. Famille des Ébénacées Originaire de Chine

Le kaki ou Plaqueminier est un arbre à feuilles caduques qui nécessite des températures froides pour la levée de dormance hivernale. En période de dormance, il peut supporter des températures de -15°C. Après débourrement, les basses températures autour de 0°C peuvent causer de graves dommages.

- Fruit : le kaki est le fruit du plaqueminier, un fruit d’automne à la couleur orange, à la peau lisse et à la forme rappelant celle de la tomate. Le rapport sucre/acide est un des plus élevés connu à ce jour, ce qui confère au fruit un goût sucré et une douceur en bouche. Certaines variétés sont non astringentes (Fuyu, Jiro, Izu, Matsumoto) et les fruits peuvent être consommés fermes comme une pomme, d’où l’appellation abusive « kaki-pomme ». D’autres variétés sont astringentes (Rojo Brillante, Amankaki, Sharon, Tomatero) et les fruits doivent être consommés blets quand l’astringence a disparue. Mais des traitements simples permettent d’enlever cette astringence et de consommer les fruits encore fermes, comme les variétés non astringentes.

- Système aérien : les branches sont très fragiles et cassantes, faisant du kaki une espèce sensible aux vents violents qui peuvent provoquer de graves dégâts dans les zones venteuses. Ce problème est aggravé en période de production, lorsque la charge de fruits favorise la rupture des branches.

- Système racinaire : le système racinaire est constitué de racines épaisses. Les racines sont de couleur brun foncé, très rigides, et ont la caractéristique de se souder les unes aux autres par rapprochement. Les plantes issues de semis développent une racine pivotante puissante, celles issues de marcottière développent un système de racine fasciculée. Le porte-greffe actuellement le plus largement utilisé est Diospyros lotus L., ses qualités d’adaptations aux sols, font de ce porte-greffe le plus approprié. La recherche de tolérances supérieures au froid et aux sols humides peut amener à l’utilisation de Diospyros virginiana L.

Pour tout renseignement : Matthieu BOUNIOL

CEHM – Mas de Carrière – 34590 MARSILLARGUES Tél. : 04.67.71.55.00 – E-mail : mbouniol@cehm.net Site internet :www.cehm.net

Partenaires financiers


 

Floraison et production

La floraison des variétés de kaki a lieu fin mai. Les fleurs apparaissent sur le bois de l’année à l’aisselle de la feuille et de la branche. Les fleurs donnent généralement des fruits sans fécondation (parténocarpie) mais peuvent être fécondés s’il y a présence de pollen d’une autre variété.

Le kaki fructifie à partir de la 3ème année, mais la production devient significative à partir de la 4ème année. En pleine production, les arbres produisent de 80 kg à 100 kg de fruits.


 

Sol

Le kaki à une grande adaptabilité à différents types de sol. Cependant les sols limoneux, profonds et riches en matière organique sont à préférer. Les sols argileux doivent être bien drainés pour éviter l’asphyxie qui peut endommager le système racinaire.


 

Densité de plantation et conduite des arbres

Les densités peuvent être variables selon le système de conduite choisi. Les densités les plus courantes sont 3 m x 5 m pour une conduite en gobelet (667 pieds à l’ha). Des densités plus fortes (jusqu’à 1250 pieds /ha) sont possibles pour des vergers conduits en forme palissée.


 

Entretien de la culture

- Taille de formation : depuis la première année jusqu’à l’entrée en production.

- Taille de fructification  : en hiver jusqu’au débourrement.

- Eclaircissage manuel  : très rarement nécessaire, l’arbre régulant seul sa charge en fruits.

- Entretien du sol  : variable selon le mode d’entretien de l’inter-rang, mais le désherbage sur le rang est nécessaire dans tous les cas (mécanique ou thermique).

  • Verger non enherbé : pendant l’été, le terrain est travaillé avec des disques/herses 3 ou 4 fois. Pour les vergers adultes, il faut faire plusieurs sarclages pendant l’été. L’ameublissement du sol est nécessaire une fois par an ainsi que la destruction des mauvaises herbes.
  • Verger enherbé entre rangs : faucher l’herbe avant les périodes de gel de printemps, avant l’été et avant récolte. Envisager un décompactage du sol, si besoin, pour éviter la stagnation de l’eau.

- Irrigation  : l’irrigation est indispensable pour une rentabilité économique des vergers. Les besoins sont de l’ordre de 450 à 500 mm, d’avril à octobre, avec des périodes particulièrement importantes de mai-juin à mi-août. L’irrigation par micro-aspersion est recommandée.

- Fertilisation  : fertilisation d’entretien par des apports au sol au printemps. N : 150 U/ha, P2O5 : 80 U/ha, K2O : 150 U/ha, MgO : 30 U/ha (source : chiffres donnés pour l’Espagne).

- Récolte et entreposage : la récolte se déroule d’octobre à début décembre, en une ou plusieurs fois selon le type de variété (astringente ou non-astringente). La cueillette est manuelle, le pédoncule est coupé de manière à ce que le calice reste attaché au fruit pour en conserver la fraîcheur. Le stockage des kakis peut durer quelques semaines à des températures de 0-1°C.

Après les traitements destinés à éliminer l’astringence, l’évolution des fruits est plus rapide.


 

Maladies et ravageurs

Le kaki est une espèce assez rustique peu sensible aux maladies et ravageurs et peu exigeante en interventions phytosanitaires. Il peut être aisément mené en agriculture biologique. Cependant, voici les principaux ravageurs et maladies qui peuvent affecter la production :

- Sur la plante :

  • Nécroses foliaires du kaki (Mycosphaerella nawae) : bien que ce champignon ne soit pas encore détecté en France, c’est actuellement la maladie la plus importante en Espagne. Elle provoque une apparition de taches nécrosées sur les feuilles, suivies d’une défoliation de l’arbre qui entraine la chute des fruits.

- Sur les fruits :

  • Mouche méditerranéenne (Ceratitis capitata Wied) : en zone méditerranéenne c’est le ravageur le plus dangereux du fait de la couleur orange du fruit extrêmement attractive. Elle apparait dès le mois d’août et dépose ses œufs dans le fruit. Les œufs éclosent rapidement et donnent naissance à des petites larves blanchâtres qui s’attaquent à la pulpe du fruit. Celle-ci se transforme en une masse grisâtre, décomposée, alors que la surface reste intacte. La lutte se fait par piégeage massif.

 

Utilisations

En frais  : la grande majorité des kakis vendus en France proviennent d’Espagne, qui exporte environ 65 % de sa production. L’organisation commerciale en France est majoritairement import-grossiste-GMS ou détaillant. Les quelques producteurs français vendent leurs kakis en circuits courts : directement à la ferme, sur les marchés ou de type AMAP. Il n’existe pas en France d’organisation, d’association, de groupement pour défendre le commerce du kaki. Seule la Confrérie des Planteurs de Fruitiers Rares en fait la promotion. La production commerciale semble se tourner vers des variétés qui se consomment fermes pour des raisons de praticité de transport et de conservation.

Fruits séchés  : le séchage (voie de diversification) est possible avec certaines variétés (Hachiya et Fuyu notamment). Les fruits préalablement pelés sont séchés dans un four, similaire aux fours à pruneau, à 130°C pendant 3 jours.

Extraits de molécules pour cosmétique, pharmaceutique, chimie : éventuel potentiel de développement dans les années à venir via des industriels, étant donné la grande richesse du kaki en différentes molécules d’intérêt (anti-oxydants).